L´appel du ciel

Le journal des messagers et des apparitions

L’icône de Garges-lès-Gonesse

Copie (2) de p1

Les larmes d’huile de l’icône de Notre Dame de la Lumière,
à Garges-lès-Gonesse (France)

Depuis quelques mois, la ville de Garges-lès-Gonesse, en banlieue parisienne, est devenue un lieu de pèlerinage : une icône pleure des larmes d’huile dans la maison d’une famille turque orthodoxe. La nouvelle s’est répandue très vite au-delà même de nos frontières. Devant le phénomène, l’Eglise orthodoxe de France a publié un communiqué. Que signifient ces larmes ? Pourquoi le phénomène a-t-il lieu en France, dans une famille orthodoxe ? Y-a-t-il un rapport avec l’icône de Soufanieh ? Dieu ne veut-Il pas à nouveau nous donner un signe pour que nous œuvrions en faveur de l’unité des chrétiens ? Nous sommes allés rencontrer Esat et Sevim Altindagoglu, le couple orthodoxe qui a bien voulu répondre à nos questions (les réponses sont tout d’abord fournies par Esat, avec l’approbation de son épouse Sevim).

Miracle-Icon-01

Chaque mois, un nouvel article sur les faits de Garges dans l’Appel du Ciel… (disponible seulement par abonnement)
La prière officielle à l’icône Marie Mère de la Lumière est également disponible auprès de L’Appel du Ciel : 09.63.43.94.61 ou appelduciel@orange.fr

L’APPEL DU CIEL : D’où vient cette icône et quel est son nom ?

ESAT ALTINDAGOGLU : L’icône a été offerte à mon épouse en 2006 pour son anniversaire, par un Prêtre libanais. Elle représente Notre Dame de la Lumière.

L’APPEL DU CIEL : De quelle origine êtes-vous ?

ESAT ALTINDAGOGLU : Je suis turc, d’origine libanaise par mon père. Nous sommes grecs orthodoxes, de l’Eglise d’Antioche.

L’APPEL DU CIEL : Pouvez-vous nous relater le début des manifestations de l’huile et nous faire part du contexte dans lesquelles elles se sont produites ?

ESAT ALTINDAGOGLU : Avant de répondre à votre question, je tiens à préciser que ma femme est une personne qui a toujours beaucoup prié, du matin au soir. Chaque jour, quand ma femme sortait de la chambre pour prier, elle avait pris pour habitude de toucher l’icône qui se trouve dans le couloir, juste à côté de la porte de la chambre.
Le matin du vendredi 12 février 2010, soit quelques jours avant l’entrée en Carême, ma femme est donc sortie de sa chambre et a touché l’icône. A cet instant, elle a remarqué quelque chose “ d’anormal ” dans sa main. Elle m’a aussitôt appelé pour me demander de venir voir l’icône. Nous avons tous les deux vu beaucoup d’huile sur l’icône. Elle m’a dit : “ Mais ce n’est pas possible ! ” Et je lui répondu : “ Si, si. ”

L’APPEL DU CIEL : D’où coule l’huile et à quel rythme ?

ESAT ALTINDAGOGLU : L’huile a commencé à couler des yeux de la Vierge puis des yeux de l’Enfant Jésus. Très vite, c’est toute l’icône qui exsudait de l’huile. Ce phénomène se produisait jour et nuit mais il était plus visible la nuit car les personnes qui venaient la journée étalaient l’huile avec du coton pour la récupérer. Elles abimaient l’icône, c’est pourquoi nous l’avons protégée avec un cadre en verre.

L’APPEL DU CIEL : L’huile a donc coulé tous les jours ?

ESAT ALTINDAGOGLU : Non. Nous avions pris la décision de déplacer l’icône du couloir et de la placer dans notre salon, afin que l’accès soit plus facile pour les personnes. Mais nous nous sommes aperçus, qu’à sa nouvelle place, l’icône ne suintait plus. Alors, le Prêtre nous a conseillé de la remettre dans le couloir, à sa place d’origine. Et l’icône a pleuré de nouveau !

L’APPEL DU CIEL : Avez-vous perçu ce phénomène comme un miracle ?

ESAT ALTINDAGOGLU : Non, pas comme un miracle. Mais pour Dieu, tout est possible, c’est ce que je me suis dit.

L’APPEL DU CIEL : Vous saviez que ce phénomène d’exsudation d’huile sur des icônes s’était déjà produit dans le monde ?

ESAT ALTINDAGOGLU : Oui, j’avais déjà entendu parler d’icônes exsudant de l’huile, comme à Soufanieh, à Antioche ou encore en Grèce.

L’APPEL DU CIEL : Avez-vous connaissance de guérisons par l’huile de cette icône ?

ESAT ALTINDAGOGLU : Oui. Une femme est venue à la mi-février en m’expliquant qu’elle ne parvenait pas à avoir d’enfant depuis plus de 10 ans. Elle a pris un peu d’huile sur un mouchoir qu’elle a placé sur son ventre. Un mois après, elle m’a rappelé pour me dire que, d’après son médecin, elle peut désormais avoir un enfant.

L’APPEL DU CIEL : Vous avez prévenu le Prêtre orthodoxe de ces lacrymations ?

ESAT ALTINDAGOGLU : Oui, dès le troisième jour, nous avons prévenu le Prêtre archimandrite de Paris. Il est venu plusieurs fois accompagné d’autres membres de l’autorité ; ils ont observé l’icône et ont rapidement informé Monseigneur Jean, Evêque du Patriarcat d’Antioche, qui s’est déplacé et a constaté lui-même le phénomène des larmes d’huile sur l’icône. Tous les mercredis et vendredis, des Prêtres sont venus et ont célébré la Sainte Messe à notre domicile (durant le carême, nous orthodoxes, nous avons coutume de célébrer une Messe les mercredis et vendredis en l’honneur de la Mère de Dieu). La dernière Messe a été célébrée dans l’Eglise. Monseigneur Jean est venu célébrer une Messe ici et a pris l’icône dans ses mains afin que chacun puisse l’embrasser.

Il y a eu une réunion des Evêques orthodoxes en France, ils ont parlé de l’icône et ont publié un communiqué (voir ci-dessous).

COMMUNIQUE DE L’ARCHEVEQUE
Manifestation “ miraculeuse ” de la Sainte Vierge en région parisienne

Paris le 9 mars 2010,
Le vendredi 12 février 2010, semaine de l’abstinence de laitage, trois jours avant le début du Grand Carême de Pâques, la Mère de Dieu a manifesté sa grâce dans son icône appartenant à une des familles chrétiennes qui dépend de l’Eglise orthodoxe d’Antioche en région parisienne. Il s’agit de la famille de Mr. Falassios (Esat) Altindagoglou, une famille croyante, pieuse, originaire de la ville d’Antioche en Turquie, province qui dépend canoniquement de la juridiction du Patriarcat grec-orthodoxe d’Antioche et de tout l’Orient. La manifestation consiste en un suintement d’huile d’une manière miraculeuse, et d’une façon quasi permanente depuis le 12 février dernier. Nous avons constaté (comme ce fut le cas de nombreuses personnes) que l’icône de la Mère de Dieu se trouvant à leur domicile familial et mesurant 30/20 cm, une image collée sur bois, fait sortir de l’huile de ses côtés d’une manière inexpliquée. Par moments, l’huile sainte a débordé de l’icône sur le mur où elle est accrochée.

S’il y a une signification à donner à cette manifestation, c’est que la Sainte Vierge bénit cette famille, comme elle bénit aussi tous les fidèles et les êtres humains. Elle nous incite pendant cette période bénie de grand Carême de Pâques, à nous rappeler la vie éternelle et la vie spirituelle au milieu de ce monde qui fait face à de nombreux défis matériels et à beaucoup de soucis et de difficultés. Elle nous invite à revenir en nous-mêmes pour nous purifier de tout mal et péché afin que nous nous collions à la vie de l’Eglise, que nous pratiquions les saints sacrements et que nous témoignons, avec une audace irénique, pour le Christ dans nos sociétés. Ici et maintenant. Là où le Seigneur nous a placés. Notre mère, la Mère de Dieu, est une mère de tendresse. Elle souhaite de nous que nous œuvrions au salut de nos âmes par la foi en l’unique sauveur, notre Dieu et Seigneur Jésus Christ. Sa voix dans l’Evangile retentit dans nos oreilles à ce jour. Elle nous appelle et nous dit :
“ Faites tout ce qu’Il vous dira ” (Jean 2,5).

Il importe à la Métropole grec-orthodoxe d’Antioche en Europe Occidentale, l’instance ecclésiale à qui revient le soin de décider de toute question liée à cette manifestation, d’informer qu’elle attache beaucoup d’importance à garder une telle manifestation dans son strict cadre ecclésial et spirituel, en correspondance avec le message spirituel qu’elle comporte, et d’approcher cette manifestation en conformité avec la tradition ecclésiale orthodoxe et les enseignements de notre Eglise, d’une manière calme et croyante et en prenant en compte les exigences de l’ordre public et le respect des lois françaises en vigueur.

Par conséquent, nous prions tout le monde de bien vouloir respecter cette manifestation miraculeuse, et nous demandons plus particulièrement aux fidèles de l’aborder avec calme, silence, prière et imploration, et d’être prudents pour ne pas glisser dans toute forme de publicité ou autre action humaine qui nous éloignent de l’esprit de l’Eglise, et ce afin que se réalise la volonté de la Sainte Vierge, à savoir que nous disions constamment à notre Seigneur et Dieu : “ Que Ta volonté soit faite ”, pour que nous soyons Ses témoins dans le monde d’aujourd’hui qui souffre mais qui reste tendu vers l’espérance.

Pour l’Archevêché grec-orthodoxe d’Antioche en Europe Occidentale.

L’APPEL DU CIEL : Vous ne savez pas pourquoi ce phénomène est arrivé chez vous ?

ESAT ALTINDAGOGLU : Non, je ne peux pas vraiment l’expliquer. Mais on peut chercher des raisons. Par exemple, mon père était Prêtre, peut-être est-ce pour mon père ? Peut-être est-ce pour ma femme qui est très priante et très croyante ? Peut-être est-ce un signe pour le frère de ma femme qui ne croit pas à la Mère de Dieu ? Peut-être est-ce un message pour les européens ? Personnellement, je retiendrais cette dernière solution comme étant la plus probable. Je pense que cette manifestation est là pour réveiller les chrétiens occidentaux, où Dieu Se manifeste comme pour dire : “ Priez, réveillez-vous, avant qu’il ne soit trop tard. ” Je pense que Dieu a choisi la France car les chrétiens perdent la foi et sont peu respectés !

L’APPEL DU CIEL : Beaucoup de personnes viennent depuis chez vous ! Cela ne vous dérange-t-il pas ?

ESAT ALTINDAGOGLU : Non, pas du tout. Quelle que soit leur religion, leur nationalité, toutes les personnes sont les bienvenues… Le “ miracle ” que la Vierge produit est qu’Elle fait venir ici des fidèles de toutes religions : orthodoxes, catholiques et protestants, mais encore musulmans et bouddhistes. Même des non croyants viennent pour “ voir ”.
De nombreux journalistes comme vous sont venus, de France (TF1, France 2 …) mais aussi d’Italie, d’Allemagne, de Roumanie, de Turquie… Je ne sais pas comment cela s’est répandu si vite dans le monde.

L’APPEL DU CIEL : Lorsque le phénomène s’est arrêté le dimanche après-midi de Pâques, quelle a été votre réaction ?

ESAT ALTINDAGOGLU : Après réflexion, j’ai trouvé cela logique car, comme l’icône a commencé à pleurer avant le carême, il est normal que ce phénomène s’arrête le jour de Pâques : cette période est fort symbolique avec la Passion et la Résurrection de Jésus Christ.

L’APPEL DU CIEL : Vous aimeriez que cela recommence ?

ESAT ALTINDAGOGLU : Je ne sais pas. Si les occidentaux n’ont pas bien compris ce signe de Dieu, à mon avis, il faudrait que cela continue jusqu’à ce qu’ils comprennent bien le message. Mais c’est Dieu seul qui décide.

L’APPEL DU CIEL : Aujourd’hui, il n’y a donc plus de Messes célébrées chez vous ?

ESAT ALTINDAGOGLU : Non, mais de nombreux Prêtres continuent de venir et prient avec les personnes présentes.

L’APPEL DU CIEL : Des Prêtres catholiques viennent également ?

ESAT ALTINDAGOGLU : Oui, des Prêtres catholiques, orthodoxes et coptes. Ils viennent de France mais aussi d’Italie, de Serbie, de Roumanie…

L’APPEL DU CIEL : Pouvez-vous nous parler des stigmates de votre épouse ?

ESAT ALTINDAGOGLU : Durant la Messe du jeudi Saint, quand le Prêtre a élevé la Croix, ma femme est tombée dans l’Eglise. Le Prêtre m’a conseillé de la ramener à notre domicile car elle semblait épuisée. Je l’ai déposée dans sa chambre, c’est là que j’ai vu du sang couler de sa tête. Elle est restée jusqu’au samedi soir dans cet état d’“ extase ”. Vers 21 heures, le samedi Saint, elle est sortie de cet état : elle portait les plaies du Christ sur ses mains, ses pieds, sur le côté et sur le front.

L’APPEL DU CIEL : A-t-elle reçu un message ou eu une apparition ?

ESAT ALTINDAGOGLU : Oui, le vendredi Saint, la Mère de Dieu est venue chercher ma femme, Elle était accompagnée de deux autres femmes vêtues de noir (Sainte Sara et Sainte Marie-Madeleine) et l’ont amenée sur une montagne. La Sainte Vierge a dit : “ Pourquoi as-tu peur ? Il ne faut pas avoir peur. Je suis avec toi. Regarde Jésus qui est sur la Croix. Quand tu es en souffrance ou quand tu rencontres des problèmes, souviens-toi de cette vision du Christ sur la Croix qui a bien plus souffert que toi !

Puis, la Vierge a pris de la terre au pied de la Croix du Christ et l’a déposée dans la main de ma femme. Quand elle est sortie de l’extase, elle avait un peu de terre dans sa main ! Des scientifiques sont venus pour prélever un peu de cette terre afin de l’analyser.

Les stigmates se sont refermés le samedi Saint. Ils restent toutefois encore visibles, seulement sur ses mains.

Témoignage de SEVIM ALTINDAGOGLU :

L’APPEL DU CIEL : Vous avez donc vu le Christ sur la Croix ?

SEVIM : Oui,j’ai vu le Christ en Croix avec aussi deux autres personnes en croix, c’était le vendredi Saint, comme au Golgotha.

L’APPEL DU CIEL : Aimeriez-vous revoir la Vierge Marie ?

SEVIM : Oui, beaucoup, mais c’est Elle qui décide.

L’APPEL DU CIEL : Y a-t-il eu d’autres manifestations ?

SEVIM : Le 21 avril 2010, à 2 heures du matin, la Vierge m’a réveillée et m’a dit : “ Réveille-toi, prends un stylo et une feuille pour noter. ” J’ai répondu : “ Mais je ne sais pas écrire ! ” La Vierge m’a dit : “ Tu pourras car ce n’est qu’un dessin. ” J’ai donc dessiné ce que je voyais.

Puis, nous avons montré ces dessins à un Prêtre qui a noté sous chaque Croix l’explication qu’il pensait être la bonne. Deux jours après, le 28 avril 2010 au soir, Saint Michel Archange est apparu ; il m’a pris la main et il a guidé le stylo pour que je puisse inscrire les explications des dessins du 21 avril.

L’APPEL DU CIEL : Saint Michel Archange vous a-t-il parlé ?

SEVIM : Oui. Mais je dois avant expliquer qu’il y a 12 ans, je suis partie en pèlerinage avec un groupe à Lourdes. Le Prêtre qui nous accompagnait a célébré la Messe dans une très vieille Eglise de Lourdes. Dans cette Eglise, un monsieur, qui ne faisait pas partie du groupe, est entré et a demandé de l’eau. Personne n’a voulu lui donner à boire, j’ai alors pris une bouteille que j’avais dans mon sac et je la lui ai tendue pour qu’il boive. Je vous raconte cela car, lorsque Saint Michel m’est apparu, il m’a dit : “ Te souviens-tu de moi ? ” Je lui ai répondu que non. Il m’a dit que l’homme à qui j’avais offert de l’eau dans l’Eglise il y a 12 ans, c’était lui ! Puis il a rajouté : “ Peut être m’as-tu oublié, mais moi je ne t’ai pas oubliée. ” Ensuite, Saint Michel m’a dit : “ Viens avec moi. ” Il m’a emmenée dans un très grand jardin, très beau, avec de l’eau, de belles fleurs et de très beaux oliviers.

Témoignage du premier “ miraculé ” : Alors que nous repartions de la maison de la famille Altindagoglu pour prendre le train, nous avons rencontré un homme qui nous a donné le témoignage suivant : “ Depuis de très nombreuses années, je ne pouvais voir qu’en noir et blanc. J’ai rencontré de grands spécialistes et suivi de nombreux traitements qui sont malheureusement restés sans effet. J’ai entendu parler de cette icône qui pleurait des larmes d’huile et suis venu prier. Puis, j’ai posé un peu d’huile sur mes deux yeux. C’est alors que j’ai ressenti comme une “ douleur ” et, au même moment, j’ai pensé à une guérison. Environ 15 minutes plus tard, la douleur était partie, j’ai ouvert les yeux et, depuis, je vois parfaitement en couleur !

Un Prêtre catholique témoigne : “  Ce qui est très touchant, c’est la ferveur et l’accueil de cette famille. Sur le phénomène en lui-même, j’ai bien vu l’icône suinter, mais ce n’est pas à moi de me prononcer sur le caractère miraculeux ou non du phénomène. Cela me semble important d’être prudent. Je regarde les fruits que cela porte : pour le moment, ce qui est positif, c’est ce dialogue entre catholiques et orthodoxes ; le métropolite m’a très bien accueilli.

Que penser de cet évènement ? Nous avons volontairement choisi de ne pas publier d’article dès le début de l’exsudation afin d’attendre des confirmations sur ces faits. Rappelons qu’il faut toujours être prudent en matière de “ surnaturel ” et nous préférons toujours disposer du recul nécessaire avant de publier un article dans notre mensuel, notre responsabilité consistant à ne pas tromper nos lecteurs, comme le rappelait récemment notre Pape Benoît XVI. N’oublions pas qu’il y a quelques années, un phénomène similaire s’était produit à Paris et il s’était avéré être une supercherie ! En ce qui concerne les faits de Garges-lès-Gonesse, nous nous sommes rendus sur place le 9 mai dernier. Nous avons pu voir l’icône suinter à nouveau, une exsudation d’huile du genou de l’Enfant Jésus, alors que nous y sommes allés après Pâques et que l’huile avait jusqu’à ce jour cessé de couler depuis un peu plus d’un mois. Nous avons constaté les traces de stigmates sur les mains de Sevim. Nous n’avons relevé aucun signe d’exaltation ni d’orgueil. Au contraire, nous avons rencontré une famille priante et très accueillante. Nous avons été témoins des larmes d’émotion de Sevim lorsqu’elle nous donnait son témoignage et quand l’icône a recommencé à exsuder en notre présence. Une réelle joie palpable émanait de Sevim. A l’extérieur de la maison, nous avons pu lire sur un écriteau : “ Prière de ne pas laisser d’argent. C’est un don de Dieu pour tout le monde…

Un nouveau signe de Dieu pour l’Unité des chrétiens ? Comment ne pas rapprocher cet évènement des faits de Soufanieh, en Syrie ? Rappelons que le samedi Saint 2010, Myrna a exsudé de l’huile durant la Sainte Messe, de même qu’en 2007, dates auxquelles tous les chrétiens fêtaient Pâques ensemble (voir L’Appel du Ciel n°22). Si Dieu donne des signes forts les années où la fête de Pâques est célébrée par l’ensemble des chrétiens, il s’agit bien, pour nous, de comprendre l’importance et l’urgence de l’UNITE de tous les chrétiens. Dieu attend de nous nos prières quotidiennes à cette intention, mais Il attend avant tout une réelle unité des Cœurs. Les larmes de l’icône de Notre Dame de la Lumière à Garges-lès-Gonesse sont sûrement un appel en ce sens !

Récents prolongements : Lien étroit entre Sevim et Myrna de Damas :

Une dame s’est également rendue à Garges-lès-Gonesse dans le courant du mois de mai. Elle avait dans son sac une petite icône de Notre Dame de Soufanieh, qu’elle a sortie pour la présenter à la famille Altindagoglu. Cette icône s’est alors recouverte d’huile !

En mai toujours, Sevim a exsudé de l’huile en présence d’un prêtre catholique. La fille de Sevim, nous donne son témoignage: “ le mercredi 19 mai, ma mère s’est lavé plusieurs fois les mains dans la journée, car elle avait la sensation d’avoir les mains grasses. Puis le dimanche 23 mai, en présence du Père B.(qui s’était rendu sur place dans un souci de discernement des faits), les mains et le visage ont exsudé de l’huile ! ”

 

Nous vous tiendrons informés de la suite des évènements dans nos prochains numéros. Nous avons déjà publiés, à ce jour, des articles sur les phénomènes de Garges-lès-Gonesse chaque mois depuis juillet 2010…
Huile exsudant de l'Enfant Jésus
Huile exsudant de l’Enfant Jésus copyright l’Appel du Ciel

 

Le livre sur Garges-lès-Gonesse est épuisé.

L’icône miraculeuse ayant été volée les visites sont suspendues !

Retrouvez régulièrement les dernières nouvelles de Garges-lès-Gonesse dans le mensuel l’Appel du Ciel, disponible uniquement par Abonnement.

Powered by WordPress. Theme developed with WordPress Theme Generator. by Agence A. Comme
Copyright © L´appel du ciel. Tous droits réservés.